Lieux particuliers de l’entité de Fleurus

Lieux particuliers de l'entité de Fleurus

L’entité de Fleurus compte sur son territoire quelques lieux devant lesquels nous passons souvent sans les voir et qui pourtant méritent quelques minutes d’arrêt ou même un petit déplacement. Nous tenterons, autant que possible, de proposer d’autres lieux de ce genre, si nous les découvrons …
Les textes d’accompagnements sont dus à Mlle Gwendoline Brasseur qui exprime ici ses découvertes, avec ses propres mots.

Voici une des pierres de la chapelle de la Paix réutilisée pour la construction d’un niche. Elle se situe au Chemin de Mons à Fleurus. (Pour visualiser l’emplacement de la rue cliquez Ici ou Ici). Sur la pierre figure la date 1643, qui est la date de la création de la chapelle. Celle-ci était l’une des quatre chapelles construites après une épidémie en 1634 qui tua près d’1/3 de la population. Quant au nom « Notre Dame de la Paix », celui-ci lui vient du désir de paix des habitants à la fin de la guerre des 30 ans.
Lors de cette guerre, les protestants ne voulaient pas entendre parler de Notre-Dame, c’est pourquoi, dans nos régions, les catholiques ont fait construire énormément de chapelle dédiée à Notre-Dame. C’est ce qu’on appelle le Culte Marial.

Le château de la Paix

Situé sur le chemin de Mons à Fleurus. C’est un bel exemple de gentilhommière de la fin du XVIIIe siècle. Ce fut la résidence de Napoléon au soir de la bataille de Fleurus-Ligny (le 16 juin 1815). Aujourd’hui, ce bâtiment abrite les bureaux de l’administration communale. Derrière ce château se trouve un espace naturel public, ouvert en permanence, dans lequel il est toujours bien agréable de flâner. 

(Vous pouvez cliquer sur le plan pour l’agrandir)

La ferme de la Paix

Située au chemin de Mons à Fleurus appartenait au même propriétaire que la château de la Paix. Sur la façade du bâtiment se trouve une potale dédiée à Notre-Dame de la Paix. Avant, il y avait une chapelle qui avait été détruite, ensuite, une grange a été construite à cet emplacement.

Le puit publique de Wangenies

Les puits publiques sont devenus très rares. Wangenies a l’honneur de posséder encore l’une de ces raretés. C’est un des derniers, sinon le dernier, de ce genre dans la région de Charleroi. Désormais, il n’est plus possible d’y puiser de l’eau. 

le moulin Chassart

Sans doute l’un des « petits coins » des plus charmants de l’entité de Fleurus. Voici le moulin Chassart, à Wagnelée, avant rénovation ainsi que la potale Saint-Ghislain avec le peuplier qui la protège du mauvais temps. Le moulin Chassart, lié aux entreprises du même nom, était un moulin  » à vapeur ». Il n’y a donc jamais eu de pales sur ce moulin.

le moulin Naveau 

Voici le moulin Naveau de Fleurus ainsi que le monument « Aux victoires françaises », se situant sur la Chaussée de Charleroi Ce monument, aujourd’hui le plus célèbre de l’entité de Fleurus, n’a pas toujours été le bienvenu sur notre territoire. Lorsque ce projet fut lancé au début des années 1930, personne ne voulait de cet encombrant témoignage. Pour le construire, le propriétaire du moulin a accordé un petit emplacement.
Ceci explique certainement la forme particulière que nous lui connaissons, en double arc de cercle.

Naveau

Chapelle Notre-Dame des Affligés 

Située à Wanfercée-Baulet et datant du XVIIIe siècle.
date des guerres de religions, guerre des 30 ans. C’est pourquoi la chapelle porte le nom de Notre-Dame, puisqu’il s’agit du culte marial, lorsque les catholiques ont construits beaucoup de chapelles en hommage à Marie. En 1778, se produisit ce qui fut appelé: “le miracle de Notre-Dame”. A l’intérieur se trouve une statue de la Sainte Vierge datant de cette époque.
Bien sur, il s’agit d’une copie de l’originale.

La chapelle Sainte-Adèle

Voici la place de la Warchée à Brye avec la chapelle Sainte-Adèle datant de la fin du 19e siècle. Une tourelle protégeant un puits, d’où est extraite l’eau consacrée au culte de Sainte-Adèle, priée pour les maladies de la vue, est attenante à la chapelle. Sainte-Adèle était la petite fille du Roi Dagobert, et était aveugle. Un jour un miracle s’est produit et grâce à la purification de ses yeux à cette chapelle, Sainte-Adèle retrouva la vue. A présent, dans la petite tour de droite, les gens peuvent « se laver » les yeux également

Les étangs d’Heppignies

Ce ne sont pas des étangs naturels puisqu’ils furent créés par les chaîneries pour le trempage des chaînes. Cette activité n’a pas duré longtemps mais les étangs sont néanmoins restés là, ce qui n’est d’ailleurs pas plus mal pour le village.

La chapelle Dumont de Chassart

Voici la chapelle Dumont de Chassart à Saint-Amand, construite en souvenir de l’ancien bourgmestre du village ayant été assassiné en 1944 par les rexistes pour des raisons inconnues.
Il avait d’abord été enlevé chez lui et ensuite assasiné.

chapelle Dumont de Chassart